Publié par DBO France le

des resultats epuratoires excellents une nature protegee - DBO France
L'importance de la biomasse dans un système EnviroSeptic

La Biomasse joue un rôle essentiel sur le bon fonctionnement de l'EnviroSeptic

Dans chaque système d’assainissement qui a pour vocation le traitement des eaux usées et une infiltration dans le sol, une biomasse se développe au niveau du site de traitement. Bien que pour certains systèmes, cette biomasse puisse être signe d’un futur dysfonctionnement, ce n’est pas le cas pour l'EnviroSeptic. Elle est essentielle au bon fonctionnement du système de traitement.

Rôle de la biomasse à l'intérieur et autour des conduites

conduite enviroseptic boues - DBO France

Les microorganismes fixés à l’intérieur et autour des conduites Advanced EnviroSeptic effectuent le premier traitement. La grande majorité du temps, cette biomasse est principalement composée de bactéries aérobies, le système de ventilation permettant une bonne aération à l’intérieur des tuyaux.

Les eaux provenant de la fosse toutes eaux (anciennement fosse septique) sont donc traitées en premier lieu par cette biomasse. L’importance de ce traitement varie en fonction du temps de rétention de l’eau, celui-ci étant dicté par la granulométrie du sable filtrant et par le biomat.

Rôle du sable filtrant

Les bactéries ne sont pas les seules à traiter l’eau. Le sable filtrant, utilisé sous les conduites AES EnviroSeptic, participe lui aussi au traitement.
En effet, il sert de « filtre » – d’où son nom – en captant les polluants non solubles et en augmentant le temps de rétention de l’eau. C’est donc pour cela que sa granulométrie est si importante. Il permet de limiter le passage de l’eau pour permettre à la biomasse un meilleur temps de digestion à l’intérieur des conduites. 

En plus, le sable filtrant est idéal pour la fixation de micro-organismes par la très grande surface de contact qu’il procure. 

Étant donnée sa profondeur dans le sol, l’apport en oxygène est généralement moindre, faisant en sorte qu’on se retrouve majoritairement en milieu anaérobie. Des bactéries anaérobies peuvent s’établir et se développer, ce qui permet un second type de traitement de l’eau. 

Cet établissement de bactéries anaérobies dans le sable est connu sous le nom de biomat.

Rôle du biomat

Le biomat est composé principalement de bactéries anaérobies ainsi que leur matrice extracellulaire. Par la réception de polluants, et en condition anaérobie, cette couche vient à croître de plus en plus en début d’utilisation du système alors que la montée en charge de la biomasse dans les conduites est encore relativement faible. Plus elle se développe, plus la porosité du sable diminue, générant un temps de rétention de l’eau à l’intérieur des conduites plus important. Ce phénomène permet d’améliorer le premier traitement aérobie et la filtration de polluants. 

L’amélioration du traitement dans les conduites par l’augmentation du temps de rétention est primordiale puisque cela résulte en une réduction de la quantité de polluants qui se rendent jusqu’au biomat.

image23 - DBO France

De quelle façon le biomat est-il contrôlé ?

Les solutions System O)) comportent plusieurs caractéristiques leur permettant d’éviter l’accumulation de boue et le colmatage par la perte de contrôle du biomat. Le fait d’alterner entre les différentes conditions respiratoires vient influencer le métabolisme des bactéries, favorisant les voies cataboliques, soit la dégradation des molécules par rapport à la production de biomasse. 

La ventilation du système de traitement est un élément clé de l’EnviroSeptic. Il fonctionne de façon passive, contrairement à la majorité des systèmes traditionnels (type filtre à sable drainé et non drainé). La présence de chapeau de ventilation permet l’aération constante des conduites, ce qui restreint les opportunités des bactéries anaérobies de se développer et ainsi assurer un tapis bactérien moins épais. 

Enfin, il est important de noter que le système est souvent en période de « repos ». En effet, durant l’arrêt de production d’eau usée durant les nuits ou les absences prolongées, aucune charge n’est envoyée au système. Ceci résulte en des périodes de jeûne qui empêchent non seulement la surcroissance du biomat, mais qui favorise aussi sa régulation par la biomasse aérobie. Durant ces périodes, les bactéries aérobies se tournent vers cette couche de biomasse, contrôlant de manière efficace son épaisseur et sa croissance. 

Grâce à tous ces processus, un équilibre du biomat sous les conduites est donc éventuellement atteint et ainsi un traitement optimal est obtenu, sans dégénérescence avec le temps. Des inspections détaillées de systèmes de traitement EnviroSeptic avec plus de 15 ans d’utilisation confirment d’ailleurs ces explications.

Le rôle du biomat : essentiel pour le bon fonctionnement du système de traitement EnviroSeptic

Différents composants d’une solution EnviroSeptic sont responsables du traitement de l’eau, dont les microorganismes fixés à l’intérieur et autour des conduites Advanced EnviroSeptic : le sable filtrant et le biomat. 

Chacun de ses composants joue un rôle particulier, et ensemble ils forment une combinaison idéale pour le traitement passif de l’eau usée. 

Il est important de garder en tête que la biomasse peut être contrôlée et qu’elle est nécessaire au bon fonctionnement des solutions System O)) – EnviroSeptic ainsi que pour préserver l’équilibre de la nature.

De quelle façon le biomat est-il contrôlé ?

Les solutions System O)) comportent plusieurs caractéristiques leur permettant d’éviter l’accumulation de boue et
le colmatage par la perte de contrôle du biomat. Comme évoqué sur notre précédent article “Les boues”, le fait d’alterner entre les différentes conditions respiratoires vient influencer le métabolisme des bactéries, favorisant les voies cataboliques, soit la dégradation des molécules par rapport à la production de biomasse.

De plus, un principe clé est l’aération du système de traitement, de façon passive, contrairement à la majorité des systèmes conventionnels. En effet, la présence d’évents permet l’aération constante des conduites, ce qui restreint les opportunités des bactéries anaérobies de se développer, permettant d’assurer un tapis bactérien moins épais.

Enfin, il est important de noter que le système est souvent en période de « repos ». En effet, durant l’arrêt de production d’eau usée, que ce soit durant les nuits ou les absences prolongées, aucune charge n’est envoyée au système. Ceci résulte en des périodes de jeûne qui empêchent non seulement la surcroissance du biomat, mais qui favorise aussi sa régulation par la biomasse aérobie. Durant ces périodes, dû aux conditions propices et à la réduction de nutriments disponibles, les bactéries aérobies se tournent vers cette couche de biomasse, contrôlant de manière efficace son épaisseur et sa croissance (Leverenz, 2009), (Beal, 2005).

Grâce à tous ces processus, un équilibre du biomat sous les conduites AES est donc éventuellement atteint. Ceci fait en sorte qu’un traitement optimal est obtenu, sans dégénérescence avec le temps. Des inspections détaillées de systèmes avec plus de 15 ans d’utilisation confirment d’ailleurs ces explications.

Sans titre 1000 x 2200 px 800 x 2000 px 600 x 1800 px 400 x 1000 px1 1 - DBO France

Différents composants d’une solution System O)) sont responsables du traitement de l’eau, dont les microorganismes fixés à l’intérieur et autour des conduites Advanced EnviroSeptic, le sable filtrant, et le biomat. Chacun de ses composants joue un rôle particulier, et ensemble forment une combinaison idéale pour le traitement passif de l’eau. Il est important de garder en tête que la biomasse peut être contrôlée et qu’elle est nécessaire au bon fonctionnement des solutions System O)) – et du même coup – pour préserver l’équilibre de la nature.